Si tu n’es que frôlement sur la mousse

Si ton souffle prend le son de la brise

Si tes songes glissent délicatement sur le monde


Alors peut-être, la harde des muses se tournera vers toi

Et viendra dans une folle course répandre la beauté

Sous ton regard incrédule, noyé par la grâce

Pourtant sois prudent et reste caché


Couvre toi les lèvres de tes mains fébriles

Car si tu te dévoiles tu verras qui se dissimule

Au coeur de la mêlée fragile et mouvante


L’épée palpitante et hideuse, ta faiblesse

Qui ricane et s’impatiente en rêvant

À toutes les fois ou elle t’a percé le flanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.