Je sors des sous bois

Les pieds nus et terreux

Les yeux grands ouverts

Et je t’aperçois,

Toi qui marche bien chaussé


Souliers vernis et complet gris

Tu avances, sûr de ta direction

Et tu m’inspires deux envies :

Me dérober à ton regard

Et t’arracher la gorge de mes dents


Dissimulé derrière une souche

J’entends ta démarche affairée

Et je sens ton odeur pesante

Je me demande, derrière ce masque,

Qu’as-tu donc à cacher ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.