Mon ombre sous moi que j’observe

Amusé de ce double impuissant

Que je domine comme un conquérant

Et qui lorsque je ferme les yeux

Dans les heures sombres du soir

Etripe la meilleure part de moi

jusqu’à s’en faire un jouet morbide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.