Je t’ai trouvé au fond de la pierre

Un jour sombre ou une nuit noire

Dans un demi sommeil

J’ai effleuré ta tête massive

Remplie d’antiques savoirs

 

Et tu attendais là depuis le début

Le début de moi et le début de tout,

Patient souvent, tonitruant parfois,

Que j’ouvre les yeux sur ton corps pâle

Et que je t’accepte comme miens

 

Comme l’ombre blanche en moi

La conscience froide des éons

L’instinct sinueux et fantastique

Qui cherche à sourdre à chacun de mes gestes

Et à m’arracher à cette mascarade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.