Il y a longtemps, je suis venu

J’avais pris une boite en fer

J’y avais enfermé des trésors

Loin dans les sous bois

Puis plus loin encore

Dans des abysses végétales

 
Même les oiseaux chuchotaient

Et les branches n’osaient craquer

De peur d’éveiller d’anciennes angoisses.

Je m’étais penché là, en plein milieu du monde

Dans un trou, j’ai déposé la boite

Et la terre s’était endormie dessus

Fatigué d’être un homme

J’avais pris une boite en fer

Dedans il y avait un peu de moi

Des souvenirs en image, des goûts, des odeurs

Et puis je m’en étais retourné

Marcher avec les autres

 
Dans mon ventre noué

Le calme n’est jamais venu

La tempête gronde et brise mes remparts

Alors je retourne aux abysses

Dans la boite en fer, j’y ajoute un peu de moi

Ma rate, mon foie, mon coeur et mes reins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.